L’autre Frànçois

Il ne s’agit pas biensûr de François Hollande dans cet article mais d’un autre Frànçois et de ses Atlas Mountains!

Francois-The-Atlas-Mountains1Le groupe manie parfaitement la pop et  la poésie en français (en parsemant quand même leurs albums de quelques morceaux en anglais), sans que leur musique ressemble pour autant à de la « chanson française » ni à une énième copie de Gainsbourg. Mais le leader, Frànçois Marry, ayant vécu plusieurs années à Bristol, a su également apporter quelques influences britanniques à sa musique.

Image de prévisualisation YouTube

Les membres se rencontrent à Bristol et créent le groupe Frànçois and The Atlas Mountains en 2005, une référence à un ami musicien qui réside parfois au pied des montagnes de l’Atlas,  et publient leur 1er album The people to forget sorti chez Stitch Stitch (label britannique) uniquement en vinyle. Ils consacrent l’année suivante à une tournée à travers toute l’Europe avec notamment Camera Obscura et Electrelane. Le groupe retourne ensuite s’installer en France et rencontre Unkle Jelly Fish, une formation polyphonique basque reprenant notamment des chants bulgares. En 2009, ils sortent l’album Her river raves recollection sur le label Another records, label indépendant qui a bien aidé le groupe à se faire connaître en France. Leur 3e album Plaine inondable est très influencé par ces différentes rencontres et met le mélange des chants au cœur de leur travail.

Image de prévisualisation YouTube

En 2011, le groupe commence à décoller avec la sortie de E volo love et le « tube » Les plus beaux. Encore une fois, les voix sont à l’honneur. Car c’est bien de ça qu’il s’agit chez Frànçois & The Atlas Mountains : les harmonies vocales. Les voix sont ici un instrument à part entière. A la manière des Beatles ou des Beach Boys, même si on n’est pas dans le même univers musical (quoiqu’en cherchant bien…) qui placent les voix très en avant. C’est Domino records, le label de Bonnie Prince Billy, The Kills ou encore Arctic Monkeys, qui sort cet album et le groupe devient leur 1ère signature française. C’est un excellent album qui demande peut-être plusieurs écoutes avant d’en saisir toutes les subtilités et d’être totalement sous le charme!

Image de prévisualisation YouTube

C’est avec leur nouvel album Piano ombre qu’ils commencent vraiment à être reconnus. Un disque où ils assument également plus leur nationalité en augmentant le nombre de chansons en français. Les morceaux qui les font connaître sont d’ailleurs tous en français. Ils oscillent entre des morceaux funky comme La vérité et des morceaux plus doux comme La fille aux cheveux de soie, les deux « tubes » de l’album. Comme Dominique A qu’ils aiment citer comme une de leurs influences majeures, c’est un groupe à voir sur scène où ils dégagent une incroyable énergie. Pour preuve le concert qu’ils ont donné pour les Nova sessions:

Image de prévisualisation YouTube

Si vous êtes conquis ou juste curieux, n’hésitez pas à aller faire un tour sur leur site pour guetter leur prochaine scène près de chez vous! Et bien sûr, vous trouverez leurs disques dans votre bibliothèque préférée!

Publié dans Musique | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Fada de Massilia

A l’occasion des 30ème cérémonie des ronflements de la musique qui couronna Christine and the Queens (artiste féminine), Julien Doré (artiste masculin), Pincemi Voulzy et Pincemoi Souchon (album de chansons)*, on apprenait une bien triste nouvelle au milieu des petits fours et des coupes de champagne.

photo-disparition-de-goatari-du-massilia-sound-system-54db364ce68f1C’est le rappeur marseillais et membre d’IAM Akhenaton qui emporte la victoire dans la catégorie Musiques urbaines (?) qui s’en fit l’écho: son ami Goatari, ex-membre du Massilia Sound System qui participa à l’enregistrement de l’album Chourmo est parti rejoindre Lux B.

Il y a quelques années que je n’avais pas jeté une oreille du côté de Massilia, groupe de ragga qui chantait avé l’accent leur amour de l’OMeuh et du ballon rond, du micro, des cigales, de la Méditerranée, des métallos, des 2 chevaux, de l’aïoli et du pastaga, des jolies femmes, du joyeux bordel, du reggae, du dub, du cosmopolitisme et de l’intégration sans angélisme et avec beaucoup d’autocritique et d’humour. Leurs textes dénoncent les communautarismes, la corruption, le racisme et la bêtise humaine sous toute ses formes. Je dois encore avoir quelque part l’album Commando fada acheté en k7 il y a 20 ans.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Le Massilia Sound System vient de sortir un nouvel album, de bonne facture, disponible dans les bacs de vos bibliothèques.

L’occasion de se replonger dans leur discographie et celle de Moussu T e lei Jovents (groupe du chanteur Tatou et du guitariste Blù).

*Voir ici le palmarès complet des Victoires de la musique 2015.

Publié dans Musique | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

L’homme et l’animal – playlist de février

 Le mois dernier la Bibliothèque des Champs Libres a ouvert son cycle « L’homme et l’animal ». Pendant tout le premier semestre 2015, vous pourrez découvrir un parcours illustré par Jean-François Martin (également auteur de l’affiche), une fresque à colorier géante signée Benoît Morel dans l’espace Jeunesse, un livret de jeux, un quiz Cinéma au cinquième étage, un café philo sur le thème Faut-il encore manger des animaux ? , des rencontres avec des historiens (en février Michel Pastoureau puis Damien Baldin) et d’autres animations à retrouver sur le site des Champs Libres.

L'affiche de Jean-François Martin

L’affiche de Jean-François Martin

Pendant les vacances scolaires, à l’étage Mezzanine, la salle de la Marelle accueillera plusieurs animations pour enfants. Il s’agit des p’tits Mélomanes (Pierre et le Loup sur tablettes le 11 février), des p’tits Cinéphiles (Chimères et autres créatures fantastiques le 18) et des p’tits Amateurs d’art (Chasse dans les collections archéologiques le 25).

Et en allant en Mezzanine, vous pourrez bien sûr say Hello to Moumout, le cochon d’Inde-robot que l’Amérique nous envie !

Moumout le robot pendant sa sieste postprandiale.

Moumout le robot en pleine phase de récupération.

And of course, vous pouvez aussi follower Moumout sur Twitter !

A Zikarennes, on follow de près cette thématique nous aussi en vous proposant ici-même (et en plus de notre traditionnelle playlist mensuelle) a new playlist Homme – Animal each month. After une first playlist consacrée aux chansons in french, voici une deuxième fournée de hits chantées dans la langue de Joe Cocker (animal / Cocker, hmm… je crois que cette phrase vous est elle aussi offerte par l’AABC, l’Association des Amateurs de Blagues Consternantes… ) :

Et, pour conclure logiquement ce post, puisque nous sommes sur un blog musical, quoi d’autre qu’une petite vidéo de cochon d’Inde qui joue du piano ? Ah… comme la vie était terne avant Internet et ses merveilles…

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Musique | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Coup de froid sur la playlist

En février et en l’honneur du festival Travelling Oslo, la playlist sort ses grosses moufles et son petit bonnet pour une spéciale :

 NEIGE ET GRAND FROID AU CINEMA

Vous pouvez donc vous pelotonner sur votre canapé, bien rataponné sous votre plaid en pilou d’une grande marque d’ameublement scandinave que nous ne citerons pas, avec un bon thé citron (amélioré ou pas, à vous de voir). Maintenant, enlevez vos protège-oreilles en moumoute fourrée, soulevez juste un peu le bout de vos moufles pour appuyer sur lecture et lancez la musique ! C’est parti pour un programme de thèmes tirés de Fargo, Un plan simple, Un jour sans fin, Morse, Snow therapy (actuellement dans les salles), Bons baisers de Bruges, Ice Storm, Les Survivants etc.

149663

Les dents de la neige… Si si ça existe: le plus grand nanard de l’histoire du cinéma avec des méchants requins en image de synthèse…

Merci à SanFelice, internaute du site SensCritique pour sa liste Films de neige dans laquelle nous avons puisé allègrement. Et on se quitte avec LE film de neige, The Thing de John Carpenter mais en version comédie musicale (déconseillé aux enfants et à ceux qui n’ont pas vu le film parce qu’on voit tout du début à la fin) :

Image de prévisualisation YouTube

Cinéma gla gla by zikarennes on Grooveshark

Publié dans Musique | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

On peut toujours rêver !

Du 16 décembre au 1er mars 2015, les Champs Libres vous invitent à découvrir l’univers de trois rêveurs bricoleurs: Cécile Léna, Etienne Saglio et Philippe Lefebvre alias Flop dans sa nouvelle exposition La fabrique des songes. Mais saviez-vous qu’en chacun de vous sommeille un compositeur ?

dreaming

Cliquez sur l’image pour localiser l’album

En effet des ingénieurs finlandais ont créé en 2012 un logiciel, paraît-il à des fins thérapeutiques, qui convertit les différentes phases du sommeil en mélodies afin d’analyser et améliorer l’endormissement des utilisateurs. A l’aide d’un moniteur de sommeil, placé sous le matelas, Sleep Musicalization condense une nuit de sommeil en un morceau pianoté de quelques minutes. Le récepteur décortique le rythme cardiaque, respiratoire, les mouvements du corps et les transforme en variations de tempo, de rythme et de volume. On peut écouter quelques enregistrements sur le site de Sleep Musicalization. Des développeurs d’applications, pour un célèbre système d’exploitation, avaient déjà lancé un programme d’analyse des phases de sommeil qui laissa les spécialistes du sommeil quelque peu pantois. L’idée des informaticiens était de coupler la détection des éveils avec une alarme, pour favoriser le réveil à un moment où le dormeur se trouve plus proche d’un stade léger afin d’avoir un éveil plus agréable. Avouer cependant que passer la nuit sur son portable à recevoir quelques gentilles ondes GSM peut laisser… songeur!

Alors et vous quel style de « raveur » êtes-vous? Plutôt Kate Bush, Goldman, Romeo ou Warlock?

Publié dans Musique, Sciences | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

La production musicale en Norvège

Cette année, le festival de cinéma rennais Travelling met à l’honneur la Norvège.

Trav_oslo

C’est l’occasion de découvrir l’univers musical norvégien. Le mercredi 28 janvier à 18h, le disquaire Jean-Noël Kerjoant du magasin It’s Only interviendra à la bibliothèque Triangle pour vous présenter une sélection d’artistes norvégiens.

Voici un léger avant goût pour vous faire saliver :

En Norvège, la scène métal bénéficie d’un soutien national et est reconnue mondialement. Citons les groupes Darkthrone, Mayhem, Burzum, Gorgoroth

Image de prévisualisation YouTube

Comme dans la plupart des pays scandinaves, les racines classiques et la musique savante constituent un socle culturel fort. A ce titre, la scène jazz est très foisonnante, de nombreux musiciens brillent par leur talent. Citons Arild Andersen, contrebassiste renommé ou Jon Balke, pianiste connu pour la création du Magnetic north orchestra.

Image de prévisualisation YouTube

Le jazz en Norvège est très influencé par la world music, l’artiste Sinikka Langeland illustre bien la combinaison de chants traditionnels et de jazz.

Image de prévisualisation YouTube

Grande voix traditionnelle de Norvège, Mari Boine, Lapone de son état, bouleverse par la hauteur de sa voix. Vous avez certainement déjà entendu son duo avec Denez Prigent sur le titre « Geotenn ar marv », une gwerz magnifique !

Image de prévisualisation YouTube

Envie d’en savoir plus et surtout d’écouter ? Le rendez-vous est pris !

Publié dans Musique, Photographies et cinéma, Vie culturelle | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Pourquoi j’aime aller en fest-noz

Bonjour Zikarennes !

Il y a deux mois déjà que s’est achevé Yaouank, le festival de danses et musiques bretonnes à Rennes, et notamment sa nuit extraordinaire où pendant douze heures, des milliers de danseurs se retrouvent sur le parquet de le Hall n°9.

Je m’étais promis d’écrire un article sur Zikarennes, et puis ça ne venait pas, et puis je me suis dit que j’allais parler fest-noz en général, et me voilà aujourd’hui à essayer de vous raconter pourquoi j’aime tant ces soirées de musique et de danse, et pourquoi je scrute Tamm-Kreiz à la recherche de la prochaine date près de chez moi.

Image de prévisualisation YouTube

Deus’ta, pour nous mettre un peu dans l’ambiance

En fest-noz, j’aime d’abord les gens. J’aime cette ambiance chaleureuse qui me happe immédiatement lorsque j’arrive. Les danseurs sont de tous âges, des enfants qui courent entre les jambes de leurs parents aux increvables petits vieux. Sur scène, c’est pareil, les différents musiciens qui se succèdent au cours de la soirée ne se ressemblent pas.

J’aime les groupes qui débarquent sur scène avec des instruments plus ou moins inattendus : une trompette, une harpe électrique, un hang, un violoncelle, du beatbox

J’aime ceux qui chantent et nous racontent des histoires, en français, en gallo ou en breton, peu importe. J’aime les reprises improbables et les mélanges entre une mélodie ancienne et des paroles modernes. Ou l’inverse.

J’aime les couples de sonneurs, qui s’installent souvent sur le parquet pour jouer au milieu du cercle des danseurs, les sons acides de la bombarde et du biniou kozh.

J’aime moins, il faut bien le dire, les chœurs de voix un peu chevrotantes qui reprennent des kan ha diskan sortis du fond du terroir – je me souviens cependant de ces deux jeunes sœurs à Yaouank 2014 qui chantaient déjà comme de vraies petites vieilles !

J’adore enfin quand les sonorités se font résolument rock et rien ne me ravit plus que les guitares électriques accordées à la cornemuse, la batterie qui ne nous laisse pas le choix que de ruer, sauter, danser des pieds et des cheveux jusqu’à ce que la soif nous tire de notre transe.

Image de prévisualisation YouTube

Les punks Ramoneurs de Menhirs et la chanteuse Louise Ebrel qui va sur ses 83 ans

J’aime les petits festoù-noz, ceux qui ont lieu dans la salle des fêtes de la commune d’à côté, où l’on retrouve à la fois les têtes connues des irréductibles qui dansent tous les samedis de l’année, mais aussi les familles, les habitants du coin, les curieux. La salle semble un peu grande au début, et puis le monde afflue, regarde, danse, repart manger une galette et revient.

J’aime l’atmosphère incroyable de Yaouank, quand cinq mille personnes de tous horizons dansent ensemble dans le grand hall. J’aime monter en haut des gradins pour regarder le flux mouvant des lignes de danseurs qui s’organisent spontanément et ondulent sur le parquet. J’aime être à l’intérieur de la foule, voir la diversité des âges, des têtes, des fringues, mais ils ont tous ce même sourire et cette envie de faire la fête en nageant dans la musique.

Image de prévisualisation YouTube

Startijenn à Yaouank 2010

J’aime apprendre de nouvelles danses, quitte à les oublier tout de suite après. Je regarde vaguement les pas, et puis je me lance, je m’incruste dans le cercle. En fest-noz, de toute façon, il y aura toujours quelqu’un pour te prendre énergiquement par le coude et t’entraîner dans la danse.

De toute façon, on ne sait jamais tout danser. Des danses il y en a des centaines, certaines ne s’entendent que dans un petit coin de Bretagne, d’autres nous arrivent de nos cousins les bals folks, d’Irlande ou même d’Auvergne. J’aime l’an dro parce que c’est la première que j’ai su danser, j’aime le Loudéac énergique qui te muscle les petits doigts, le cercle circassien, mais seulement à deux, la gavotte quand elle se plie et se déplie, le plinn qui fait craquer le parquet, la scottish romantique, le kost ar c’hoat – maintenant que j’ai compris comment le danser…

J’aime regarder les gens qui dansent. D’ailleurs on se sourit souvent, quand les lignes se croisent, et pas seulement quand on repère un ami dans la place, on sourit aux inconnus. J’admire ces couples âgés soudés l’un à l’autre dans une mazurka parfaite, j’imagine leurs quarante ans de mariage rythmés par les bals. Ils sont beaux. J’aime jeter un œil aux musiciens sur scène, les sonneurs aux joues gonflées et aux yeux brillants, ils battent du pied, c’est qu’ils danseraient presque avec nous !

Image de prévisualisation YouTube

et pour finir, Plantec, trad-électro-rock, à voir et danser absolument !

Envie de danser ? Ça tombe bien, ce jeudi le 22 janvier à Rennes il y a un fest-noz à partir de 20h à l’Antipode.

Et sinon, à la bibliothèque des Champs-Libres, vous pouvez écouter ces compil’ de groupes de fest-noz :)

Publié dans Bretagne, Musique | Marqué avec , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Suite et fin des coups de coeur 2014 !

Après les deux articles – ici et – de décembre sur cette belle année musicale 2014, voici quatre références que nous n’avons pas encore à notre catalogue mais qui ont bien titillé l’oreille de certains d’entre nous !

D’ANGELO / Black messiah. Jive / RCA / Sony, 2014

dangelo
C’est la surprise américaine de la fin d’année, le cadeau de Noël en ébène. Un premier titre au groove poisseux comme le « Rainy day, dream away » de Jimi Hendrix, un second qui invoque Gil Scott-Heron sur une rythmique tendue comme un planning de service public de fin d’année, on sent rapidement que cet album est habité.
Et c’est aussi un contexte : à cause des récents incidents entre la police et la population noire, D’Angelo a avancé la sortie de son album d’un mois, après… 14 ans d’absence dans les bacs.  La voilà, la Great Black Music évoquée cette année à la Cité de la Musique, celle du Sly & the Family Stone de la fin des 60’s, du Stevie Wonder du début des 70’s,du Prince de la fin des 80’s, jusqu’au Public Enemy des 90’s. Cet album va faire mal !

Sorti le 19 décembre dernier, Black Messiah sera à retrouver dans nos bacs d’ici fin janvier…

[Manuel – Bibliothèque des Champs Libres, Rennes]


LAMB / Backspace Unwind. Strata, 2014

Backspace_Unwind_web_800x800
Sixième album du duo (Lou Rhodes et Andy Barlow) de Manchester. Dans la droite lignée des précédents albums. Très belle association de la voix, des instruments et de l’électro. Absolument envoûtant !

[Béatrice – Bibliothèque des Champs Libres, Rennes]


JOSEF SALVAT / In your prime. Sony, 2014.

Josef-Salvat-In-Your-Prime
Une musique aérienne.

[Isabelle – Bibliothèque Maurepas, Rennes]


CANDY SAYS / Not Kings. [Creatives commons], 2014

candysays
Après nous avoir aguichés en 2013 avec trois singles, un live mémorable et quelques démos, le groupe d’Oxford a sorti cette année son premier album : Not Kings. Leur pop si personnelle, qu’ils nomment eux-même « lo-fi chic pop », fait encore des étincelles sur chacune des pépites qui composent cet opus. Un coup de cœur absolu et total !

[Antoine – Médiathèque de Pacé]

Publié dans Musique | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Les immanquables des musiques électroniques

A l’occasion de la sortie du livre Electro 100 : les albums essentiels des musiques électroniques d’Olivier Pernot, les bibliothèques de Rennes vous proposent une sélection de 25 titres immanquables !

electro 100Une discographie chronologique et commentée en version papier est à votre disposition à la bibliothèque Triangle, Cleunay et Lucien Rose, en voici la composition :

disco_electro

JARRE JEAN-MICHEL. OXYGÈNE. LES DISQUES MOTORS, POLYDOR, 1976

MORODER GIORGIO. FROM HERE TO ETERNITY, OASIS RECORDS, 1977

SZAJNER BERNARD. VISIONS OF DUNE. INFINÉ, 1979

KRAFTWERK. COMPUTER WORLD. KLING KLANG, EMI, 1981

DEPECHE MODE. MUSIC FOR THE MASSES, MUTE, 1987

NEW ORDER. SUBSTANCE. FACTORY, 1987

MAY DERRICK. INNOVATOR. TRANSMAT, 1987-1997, PARUTION EN 1997

MASSIVE ATTACK. BLUE LINES. WILD BUNCH RECORDS, VIRGIN, 1991

UR PRESENTS GALAXY 2 GALAXY. HITECH JAZZ COMPILATION. SUBMERGE RECORDINGS, 2005

PRODIGY.  MUSIC FOR THE JILTED GENERATION. XL RECORDINGS, 1994

THE CHEMICAL BROTHERS. EXIT PLANET DUST. VIRGIN, 1995

MILLS JEFF. PURPOSE MAKER COMPILATION. PURPOSE MAKER, 1996

APHEX TWIN.  COMPILATION CAUSTIC WINDOW. REPHLEX, 1993

DJ SHADOW. ENDTRODUCING. MO’S WAX, 1996

JOEY BELTRAM. CLASSICS. R&S RECORDS, 1996

MOBY. PLAY. MUTE, 1999

DAFT PUNK. DISCOVERY. VIRGIN, 2001

MISS KITTIN & THE HACKER. FIRST ALBUM. INTERNATIONAL DEEJAY GIGOLO RECORDS, 2001

CARL CRAIG. CINÉMIX. SIDO MUSIC EMARCY, 2003

LAURENT GARNIER. THE CLOUD MAKING MACHINE, F COMMUNICATIONS, 2005

LCD SOUNDSYSTEM. 45:33. DFA RECORDS, 2006

JUSTICE. CROSS. ED BANGER RECORDS, 2007

BURIAL. UNTRUE. HYPERDUB RECORDS, 2007

CARIBOU. SWIM. CITY SLANG, 2010

NICOLAS JAAR. SPACE IS ONLY NOISE. CIRCUS COMPANY, 2011

Livre de référence

PERNOT OLIVIER. ELECTRO 100 : LES ALBUMS ESSENTIELS DES MUSIQUES ÉLECTRONIQUES. LE MOT ET LE RESTE, 2014

Publié dans Musique | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Participez à nos commandes en musique !

Y en aura pour tout le monde, pour tous les goûts et pour toutes les oreilles !

Image de prévisualisation YouTube

La première commande 2015 de livres musicaux et de disques est dans les starting-blocks ! Les bibliothécaires veillent, dépouillent les revues musicales, fouillent sur le net, écoutent et réécoutent pour vous proposer les nouveautés du mois et de bien belles rééditions sorties du chapeau.

Mais vous aussi, vous avez peut-être des idées, de bonnes idées, des découvertes, des coups d’cœur… Alors partagez ici, en commentaires de cet article, vos propositions d’achats pour les commandes !

Votre suggestion pourrait bien rejoindre les bacs et rayonnages de vos bibliothèques dans les semaines à venir !

N’hésitez pas à vérifier au préalable si elle n’est pas déjà à notre catalogue

Publié dans Musique | Marqué avec , , | 2 commentaires