Fabrique et forme de la ville (XVe-XVIIIe siècles) : conférence aux Archives de Rennes

A travers les sources manuscrites des Archives de Rennes et les nouvelles données issues des prospections archéologiques, nous tenterons de dresser un portrait de cet espace de transition, du XVe au XVIIIe siècle.

contour de la Motte BIS

Rennes Métropole et Matthieu Le Boulch

Porte fortifiée de la ville, le Contour de la Motte est, au XVe siècle, un site stratégique pour la défense de la ville. Suite à l’abandon des fortifications, il devient un lieu « rebond » et un « coupe-gorge« . Comment ce faubourg, servant de « retraite aux voleurs de nuict » devient-il, à partir de la fin du XVIIe siècle, un lieu prisé des parlementaires ?

Conférence par Matthieu Le Boulch, le 19 janvier à 18h. Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles.

Accéder à la page « Conférences » Archives de Rennes – 18 avenue Jules Ferry –

- 02 23 62 12 60-

Variations autour du roman Le Sang Noir de Louis Guilloux

Photographie Bibliothèque de Saint-Brieuc.

Photographie Bibliothèque de Saint-Brieuc.

Publié en 1935, Le Sang Noir est l’un des grands livres évoquant le souffle destructeur de la première guerre mondiale, vue d’une « petite ville de l’arrière » en 1917, où l’on devine Saint-Brieuc telle qu’elle fut observée par le jeune Louis Guilloux.

Dans le cadre des commémorations de la Grande guerre, la Bibliothèque de Saint-Brieuc – en partenariat avec la Société des Amis de Louis Guilloux – se propose de présenter les archives de l’oeuvre, entre sources historiques et fiction, lors de 3 rencontres en janvier, mars et mai 2017.

  • 18 janvier 2017 à 15h
    La genèse du Sang Noir. Des années 1920 à 1935, comment Louis Guilloux a-t-il pensé, construit, et défendu son roman ?
  • 29 mars 2017 à 15h
    Victimes, bourreaux et révoltés : les résonances de la Grande guerre.
    Dans le roman, le conflit mondial ne se devine qu’à travers des personnages. Soigneusement travaillés par l’auteur, ces derniers sont des symboles des mécanismes mis en oeuvre par la guerre.
  • 3 mai 2017 à 15h
    La réception du Sang noir.
    Sorti par Gallimard en pleine montée des extrêmes, le roman déchaîna les passions. Retour sur une polémique qui impliqua, entres autres, Malraux, Aragon et Gide.
Photographie Bibliothèque de Saint-Brieuc.

Le Sang noir. Photographie Bibliothèque de Saint-Brieuc.

Ces rencontres sont l’occasion de rappeler que la Bibliothèque municipale de Saint-Brieuc conserve les archives littéraires de l’écrivain briochin, acquises à partir de 1994 (plusieurs milliers de feuillets manuscrits et dactylographiés, carnets, correspondance, dossiers de presse, fonds iconographique) ainsi que les ouvrages dédicacés de sa bibliothèque personnelle.

L’ensemble des documents du fonds Louis Guilloux sont signalés au catalogue de la bibliothèque et sont régulièrement consultés par des chercheurs dans le cadre de travaux universitaires. Le fonds est également sollicité par la presse (fonds iconographiques) ainsi que pour des projets éditoriaux, à l’instar de la parution de la correspondance entre l’écrivain et Albert Camus, parue chez Gallimard en 2013.

 

Promenade dans les rues de Rennes à travers les livres anciens des bibliothèques de l’université de Rennes 1 : premier épisode

Les bibliothèques universitaires de Rennes 1 conservent un vaste patrimoine riche de plus de 25000 ouvrages anciens, en particulier dans les domaines médicaux, juridiques et scientifiques, auxquels viennent s’ajouter plusieurs centaines de manuscrits de professeurs et érudits locaux.
Ces collections sont réparties sur les trois campus de l’université : Villejean pour la médecine ; Beaulieu pour les sciences et la philosophie ; Place Hoche pour le droit et  l’économie. Au fil des pages et des dos d’ouvrages, des noms, des signatures, des portraits apparaissent, éveillant l’attention et la curiosité… Et parmi tous ces auteurs plus ou moins célèbres, plus ou moins prolifiques, il en est certains qui se font remarquer par leur résonance « géographique » et locale. Ils nous rappellent les noms de rues, de places ou de quais de la capitale bretonne…
Ainsi, ce Félix Dujardin, auteur d’un manuel du 19e siècle sur le microscope, n’aurait-il pas un lien avec le quai Dujardin qui longe la Vilaine ? Et ce Charles Oberthür, spécialiste des papillons, est-il de la même famille que le fameux imprimeur ayant donné son nom à la rue et au parc Oberthür ?

Afin d’en savoir plus, c’est à une promenade en plusieurs étapes dans nos collections anciennes et patrimoniales que nous invitons le lecteur curieux.

Plaque de rue à Rennes [CC0]

Plaque de rue à Rennes [CC0]

Première étape : le quai Dujardin
Pour le visualiser sur une carte, cliquer ici.

 

Portrait extrait de Joubin L. Histoire de la Faculté des sciences de Rennes (1900). © SCD Rennes 1

Portrait extrait de Joubin L. Histoire de la
Faculté des sciences de Rennes (1900).
© SCD Rennes 1

Félix Dujardin est bien la personnalité éponyme du quai Dujardin. Ce naturaliste autodidacte – né à Tours en 1801 et mort à Rennes en 1860 – fut chargé de cours à Tours, à Grenoble puis à Toulouse avant de rejoindre Rennes où, en 1840, il est nommé professeur de zoologie et de botanique, ainsi que doyen de la faculté des sciences nouvellement créée. Il se fait connaître pour ses travaux sur les petits organismes tels les rhizopodes et les infusoires, et étudie également les
cnidaires, les échinodermes et les helminthes. Il devient alors l’un des fondateurs de la
parasitologie (1).

Dujardin F. Nouveau manuel complet de l'observateur au microscope (Roret, 1843) © SCD Rennes 1

Dujardin F. Nouveau manuel complet de l’observateur au
microscope (Roret, 1843) © SCD Rennes 1

Observateur infatigable et excellent dessinateur, il invente un système d’éclairage pour
perfectionner les microscopes et rédige un Manuel de l’observateur au microscope (1842) dont la bibliothèque universitaire Sciences et Philosophie possède une édition.

Y sont également conservées deux Histoire naturelle des zoophytes (1841 et 1862) ainsi qu’une Histoire naturelle des helminthes ou vers intestinaux (1845).

Pourquoi est-ce ce quai, plus qu’un autre, qui porte le nom de Dujardin ? Tout simplement parce que l’un des principaux bâtiments ayant hébergé la Faculté des sciences, dont Dujardin fut le premier doyen – l’actuel centre de soins dentaires, place Pasteur – se situait précisément le long de ce quai.

Prochaine étape de la promenade : rue Toullier

                                                                                                                    A suivre…
Gwenna, Rennes, Bibliothèque universitaire de Droit-Économie-Gestion

Bibliographie :

Pennec J. Rennes en sciences. Rennes : Apogée, 2013.
Rodière A. Les grands jurisconsultes. Toulouse : Privat, 1874.
Pour en savoir plus sur les expositions et collections patrimoniales des bibliothèques de l’université de Rennes 1, rendez-vous ICI.

(1) La parasitologie est la science qui étudie les végétaux et animaux parasites.

La bibliothèque numérique du diocèse de Quimper : épisode 2

Une campagne de presse régionale et nationale (Kto, La Croix), et son lancement officiel, est donc organisée en septembre 2015. Avec la presse et des livres, plus de 700 feuillets de cantiques, regroupant 2000 titres sont proposés à la consultation.

Consultables également près de 400 plaques de verre : ce fut l’occasion d’en faire le tri l’inventaire, de les photographier et de les reconditionner.

Plus original, des fiches nécrologiques de prêtres : 4500 pages reprennent le parcours des prêtres du diocèse, enrichies de 2000 photographies et 1500 nécrologies reprises de la Semaine religieuse ou d’autres sources. Travail de longue haleine réalisé par l’équipe de la bibliothèque… Elles donnent avec simplicité des renseignements fiables aux chercheurs.

Les documents imprimés proposés correspondent aujourd’hui à plus de 150 000 pages, auxquelles il convient d’ajouter les éléments provenant du service des archives diocésaines (plaques de verre, photographies, correspondance d’un évêque). Certes, l’ensemble demeure modeste face aux autres bibliothèques numériques institutionnelles existantes, mais il est réalisé avec des moyens artisanaux, et vient combler une lacune dans le paysage breton. Le travail de numérisation se poursuit régulièrement. Une carte, présente sur le site, montre la concentration de documents traitant du Finistère, mais également quelques autres de la Basse-Bretagne, et, sans surprise, des pays celtiques. Le chercheur sera étonné de trouver une signalétique sur l’état d’Israël : il s’agit du récit de voyage en terre sainte de l’abbé Le Clerc, prêtre de Saint-Brieuc, Ma Beaj Jeruzalem

Le travail vise en priorité les collections de l’évêché de Quimper, mais peut concerner également des ouvrages, en lien avec la thématique, localisés ailleurs.

Breviarum corisopitensis. 1510. Ex-libris

Breviarum corisopitensis. 1510. Ex-libris. Domaine public.

Ainsi, lors d’un voyage à Bruxelles, nous avons pu avoir accès au Bréviaire de Quimper, unicum de 1510 conservé à la Bibliotheca Bollandiana, le numériser in-situ et le mettre en ligne avec l’autorisation des Bollandistes, gardiens du lieu, en mars 2016. De même, le Catéchisme de Kerampuil (1576), premier livre imprimé en breton, qu’une famille quimpéroise nous a autorisé à photographier sur place : il est désormais consultable par tous. D’autres projets sont en cours, dans des bibliothèques publiques ou privées, en France ou à l’étranger, pour continuer à constituer cette bibliothèque virtuelle des ouvrages fondateurs de l’Eglise en Finistère.

Ce travail de valorisation est visible sur le site diocésain. Il est aussi repris pour l’essentiel depuis avril 2016 sur Bretania.bzh, le portail numérique breton, et se poursuit régulièrement.

Y.C., Quimper, Bibliothèque diocésaine.

Les jeudis d’Amelycor (Association pour la Mémoire du Lycée et du Collège de Rennes)

Promenade curieuse parmi les signes de ponctuation

conférence de Wanda Turco

Lycée Zola de Rennes. Association Amélycor. Conférence du 12 01 2017

Lycée Zola de Rennes. Association Amélycor. Conférence du 12 01 2017

Les signes de ponctuation sont des figures familières, dès les premiers apprentissages scolaires. Leur origine est ancienne et leur histoire, comme leur « bon » usage suscitent désormais des études savantes, mais aussi des accès de fièvres polémiques, difficiles à endiguer : « L’opinion publique n’existe que là où il n’y a pas d’idées » écrivait judicieusement Oscar Wilde. De quoi -en tout cas- nourrir la curiosité, et peut-être, ménager quelques curieuses découvertes.

Jeudi 12 janvier 2017 – 18 heures

Cité scolaire Emile-Zola (salle Ricoeur) – Rennes

entrée libre et gratuite

Rencontres du troisième livre à La Bibliothèque de Saint-Brieuc

Manuscrit 11. Coutumes de Bretagne. XVe siècle. Restauré en 2015. Photographie Bibliothèque de Saint-Brieuc.

Manuscrit 11. Coutumes de Bretagne. XVe siècle. Restauré en 2015. Photographie Bibliothèque de Saint-Brieuc.

Un samedi par mois d’octobre à juin, les bibliothécaires vous invitent à une rencontre autour de documents des collections patrimoniales.

Au menu de cette séance : La restauration des collections. Que restaure-t-on ? Pourquoi ? Et comment ?

Seront présentés dans le cadre de cette rencontre des manuscrits mais également quelques documents imprimés et des peintures.

Portrait peint de Renée Guilloux. Photographie Bibliothèque de Saint-Brieuc.

Portrait peint de Renée Guilloux. Photographie Bibliothèque de Saint-Brieuc.

 

Ces restaurations font l’objet de validations techniques coordonnés par le Ministère de la culture (Comité Technique de Restauration) et sont aidées par l’Etat (DRAC) et la Région Bretagne.

Les manuscrits médiévaux conservés à la Bibliothèque municipale de Saint-Brieuc sont numérisés et consultables sur le site de la BVMM : Manuscrit 2, Manuscrit 11.

Manuscrit 2 :  Livre d'heures, précédé d'un calendrier en latin, avec saints bretons. XIVe siècle. Restauré en 2013agne. XVe siècle.  Photographie Bibliothèque de Saint-Brieuc.

Manuscrit 2 : Livre d’heures, précédé d’un calendrier en latin, avec saints bretons. XIVe siècle. Restauré en 2013. Photographie Bibliothèque de Saint-Brieuc.

 

L’envers du décor

Visite guidée du bâtiment des Archives le jeudi 5 janvier 2017 à 18 h

aux Archives de Rennes, 18 avenue Jules-Ferry (Voir le plan).

A l’occasion de cette visite, le public est invité à découvrir les coulisses de ce lieu dédié à la conservation du patrimoine écrit de la ville. Le circuit du visiteur suit le cheminement d’un document arrivant aux Archives jusqu’à sa communication au public. Il permet ainsi la découverte de quelques pièces remarquables.

Archives_de_Rennes

Archives de Rennes. DR.

 

ENTRÉE GRATUITE DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES

Inscription au 02 23 62 12 60 ou par courriel : archives@ville-rennes.fr

Archives et Citoyenneté. Des mots et des documents

Chaque année, les Archives départementales des Côtes d’Armor présentent une exposition en lien avec l’histoire du département et mettant en valeur le patrimoine écrit et iconographique des Côtes d’Armor.

 

Exposition AD22 - Une bibliothèque aux Archives. D.R. Patrick Pichouron

Exposition AD22 – Une bibliothèque aux Archives. D.R. Patrick Pichouron

En effet, dans le cadre de leur programmation culturelle pour l’année 2016, les Archives départementales des Côtes-d’Armor organisent plusieurs manifestations destinées à développer auprès du public le goût de la recherche historique, et, plus largement, à faire connaître l’histoire des Côtes-d’Armor et à valoriser le patrimoine écrit départemental.

Du 16 septembre 2016 au 31 mars 2017, découvrez l’exposition « Archives et Citoyenneté. Des mots et des documents » programmée dans le cadre du 220anniversaire du réseau des Archives départementales (création par la loi du 26 octobre 1796). Le thème retenu est en lien direct avec la 33e édition des Journées européennes du Patrimoine placées sous le thème « Patrimoine et Citoyenneté ».

Retrouvez les journaux d’exposition.

Patrick, Saint-Brieuc, Archives départementales des Côtes-d’Armor.